Teach-the-Brain
   

FAQ Members List Calendar Search Today's Posts Mark Forums Read
Go Back   Teach-the-Brain > Teach-the-Brain > Français > Cerveau et apprentissage
Home Forums Info
Follow TeachtheBrain on Twitter  

L’apprentissage de la lecture


Reply
 
Thread Tools Display Modes
Old 07-11-2005, 08:31 AM   #1
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
L’apprentissage de la lecture

En France, nous entretenons depuis longtemps le débat sur les méthodes globale et alphabétique pour l’apprentissage de la lecture. La première vise plutôt la reconnaissance des mots, la seconde sur la formation des sons * partir de l’association des lettres. En général, en maternelle, les enfants commencent par reconnaître des mots (leur prénom, les prénoms des camarades), puis apprennent les lettres, leur alphabet. En CP, première année de l’école élémentaire, l’enseignement de la lecture est une association des deux méthodes.

Que pensez-vous de cet enseignement ? Avez-vous l’impression qu’il existe des âges d’enfant pour lesquels une méthode doit être prédominante ou ne peut pas être comprise ? Il est par exemple étonnant de voir une majorité d’enfants en deuxième ou troisième année de maternelle connaître leur alphabet mais être incapable de savoir quelle est la première lettre d’un mot qu’on leur dit * haute voix. Nous aimerions connaître l’avis et les expériences d’enseignants français mais aussi d’autres pays * communautés francophones (les bases de la méthode globale viennent de la Suisse et de la Belgique). Si vous avez des expériences avec d’autres langues (l’arabe, par exemple, où les voyelles ne sont pas toujours visibles), faite-les nous partager ! En effet, les méthodes d’apprentissage de la lecture varient selon les cultures, car les équivalences sons-lettres n’obéissent pas aux mêmes règles.

Marc
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 07-11-2005, 07:09 PM   #2
davidson
Brain Start
 
davidson's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Posts: 5
Marc Jamous a écrit:"Il est par exemple étonnant de voir une majorité d’enfants en deuxième ou troisième année de maternelle connaître leur alphabet mais être incapable de savoir quelle est la première lettre d’un mot qu’on leur dit * haute voix."

Je ne suis pas particulièrement étonnée par ce fait. L'apprentissage de l'alphabet en maternelle est souvent dépourvu de sens, c'est plus une comptine apprise par coeur qu'un outil utile et nécessaire pour la production d'écrit. On oublie que la clarté cognitive dans les apprentissage est le moteur. Pourquoi est-ce que je dois apprendre l'alphabet?? Quelle en sera mon utilité?....
De plus en maternelle la discrimination auditive n'est pas facile pour tous les élèves:entendre le phonème initial d'un mot est difficile et d'autant plus de lui associer le graphème correspondant. Pour cela il faut que l'enfant est sans doute une pratique de l'écrit (dictée * l'adulte avec un modèle de travail de métacognition de la part de l'adulte) .Il faut qu'il ait pris conscience que le début du mot écrit correspond aussi * ce qu'on commence * prononcer.
davidson is offline   Reply With Quote
Old 07-11-2005, 10:21 PM   #3
Yves Lemennicier
Brain Start
 
Yves Lemennicier's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 6
lecture

Marc a écrit : "En France, nous entretenons depuis longtemps le débat sur les méthodes globale et alphabétique pour l’apprentissage de la lecture. La première vise plutôt la reconnaissance des mots, la seconde sur la formation des sons * partir de l’association des lettres. En général, en maternelle, les enfants commencent par reconnaître des mots (leur prénom, les prénoms des camarades), puis apprennent les lettres, leur alphabet. En CP, première année de l’école élémentaire, l’enseignement de la lecture est une association des deux méthodes."

Il me semble que l'enseignement a un peu évolué depuis cette soi-disant opposition « méthode globale / méthode alphabétique » (mais je manque peut-être un peu de recul...). Dans notre école (et *-priori dans la circonscription), nous avons introduit, en maternelle, le travail sur la phonologie : travail sur la segmentation en syllabes puis rimes, attaques, etc, qui semble être un préalable, *-priori efficace, permettant d'aborder plus facilement le travail sur les phonèmes et la combinatoire ( en cycle 2). Les enfants entrent assez facilement dans cet apprentissage (* quelques exceptions près), mais les enseignantes de CP ont attiré notre attention sur le fait qu'une des conséquences d'un travail trop accentué sur ceci pouvait être au détriment d'autres points : la conscience de ce qu'est un mot et la connaissance de l'alphabet. Donc : un mieux mais pas la panacée.
Ceci illustrerait, * mon avis, assez bien le fait qu'il ne faut privilégier aucune entrée en matière d'approche de la langue écrite mais plutôt multiplier les approches possibles afin que chaque enfant trouve sa propre voie dans cet apprentissage complexe (sans pour autant se disperser). Chaque enfant a son parcours personnel dans cet apprentissage. J'en suis venu * penser, suite * mes lectures et mes observations (et c'est subjectif !), qu'en dehors des facteurs émotionnels et socioculturels, il pouvait y avoir trois principales entrées en lecture /écriture(qui se combinent plus ou moins selon les enfants) : le visuel (l'image des mots, des lettres); l'auditif (d'où la phonologie) et le kinesthésique (le tracé des lettres, des mots, le geste qui accompagne un mot ou une phrase, ...). J' essais donc de travailler ces différentes entrée en parallèle ou combinées. Je n'ai pas l'impression d'être le seul (!?).

Marc a écrit : "Il est par exemple étonnant de voir une majorité d’enfants en deuxième ou troisième année de maternelle connaître leur alphabet mais être incapable de savoir quelle est la première lettre d’un mot qu’on leur dit * haute voix. "

Je ne suis pas non plus étonné par ceci : le nom d'une lettre n'a pas nécessairement de rapport direct avec les phonèmes qu'elle code comme le souligne justement Davidson. C'est effectivement un problème de discrimination auditive. D'où l'introduction du travail sur les syllabes en préalable au travail sur les phonèmes. Je travaillais la semaine dernière sur la lettre « N » , l'un des exemples donné par les enfants a été Elénie (prénom d'une élève) : c'est plus probablement parce qu'on entend « éne » dans ce mot qu'* cause de la présence de la lettre elle-même. On n'est pas ici au niveau du phonème. On pourrait multiplier les exemples.

La comptine de l'alphabet n'a effectivement pas de sens en soi : elle ne sert que pour ouvrir un dictionnaire... et * condition d'être déj* lecteur.

Yves
Yves Lemennicier is offline   Reply With Quote
Old 08-11-2005, 08:58 AM   #4
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
discussion dans ce sens sur le forum anglais

Merci * Yves et Davidson pour ces remarques très intéressantes ! Si vous vous sentez * l'aise avec l'anglais, vous pouvez voir sur le forum Brain and Learning (notre équivalent, mais en anglais) une discussion intitulée :

"Is learning the Alphabet damaging?"

Ce qui siginifie "l'apprentissage de l'alphabet, est-il nuisible" ?

Vous y trouverez plusieurs points de vue sur justement l'opportunité d'apprendre l'alphabet aux enfants. Cette discussion est intéressante car elle concerne l'anglais, qui est une langue encore plus irrégulière que le français dans sa relation phonèmes-graphèmes. Il semble ainsi que les enfants anglais aient besoin d'une période de trois années, * partir de leur première année d'école obligatoire * 6 ans, pour apprendre * lire correctement.

Nous attendons avec impatience d'autres points de vue !

Marc
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 08-11-2005, 07:12 PM   #5
mcbenmlouka
Brain Start
 
mcbenmlouka's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 9
apprentissage de la lecture

Bonjour,

Dans notre école française en tunisie, nos élèves apprennent * lire en français et en arabe en classe de CP, ce qui nous a posé quelques problèmes : alphabets différents, sens de lecture également!
Nous avons dû réfléchir conjointement, professeurs de français et d'arabe...
Nous sommes venus * cette conclusion : mêmes approches dans les deux langues afin que les enfants s'y retrouvent. Nous avons opté pour une méthode grapho-phonologique * départ global dans les deux langues avec Ribambelle en français et Jouki en arabe.
Aux évalutations nationales CE2, nous obtenons un score global de 72% qui s'est amélioré de 10 points depuis 5 ans. Nous pensons avoir fait le bon choix.
Les profs parlent le même "langage" dans les 2 langues et les élèves comprennent la méthodologie employée et confirmée quelque soit la langue enseignée.

Pour ce qui est de l'apprentissage de l'alphabet en classe de gs, nous l'enseignons systèmatiquement mais en le rattachant * l'apprentissage phonologique pour les lettres qui font toujours le même son tels que a,b,d,f,i,j,l,m,n,o,p,r,s ,t,u,v,z. Nous pensons que si ceux-l* sont bien reconnus et entendus, nous avons franchi une étape.(Idem en arabe)

Nous avons une difficulté : les élèves ne font pas la différence entre le on et le an/en car ces sons n'existent pas en arabe. Et l*, on n'a pas la solution : on l'accepte.

Pour ce qui est de la disparition des voyelles dans les grandes classes, je ne sais comment cela se passe mais si cela vvous intéresse, je pose la question * mes collègues.

Bonne continuation * tous
mcb
mcbenmlouka is offline   Reply With Quote
Old 09-11-2005, 09:25 AM   #6
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
écriture arabe

Quote:
Originally Posted by mcbenmlouka
Pour ce qui est de la disparition des voyelles dans les grandes classes, je ne sais comment cela se passe mais si cela vvous intéresse, je pose la question * mes collègues.
Oui, cela nous intéresse ! Peut-être pouvez-vous demander aussi * des collègues de s'inscrire au forum ?

Pouvez-vous aussi nous éclairer sur l'écriture arabe ? Par exemple, l'écriture sans voyelles est-elle réservée * des textes précis, plutôt anciens, ou l'utilise-t-on encore de nos jours ? A partir de quel âge l'apprend-on, du point de vue lecture et écriture ?

Merci,

Marc
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 09-11-2005, 05:46 PM   #7
Yves Lemennicier
Brain Start
 
Yves Lemennicier's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 6
Quote:
Originally Posted by Marc Jamous

Ce qui siginifie "l'apprentissage de l'alphabet, est-il nuisible" ?

Vous y trouverez plusieurs points de vue sur justement l'opportunité d'apprendre l'alphabet aux enfants. Cette discussion est intéressante car elle concerne l'anglais, qui est une langue encore plus irrégulière que le français dans sa relation phonèmes-graphèmes. Il semble ainsi que les enfants anglais aient besoin d'une période de trois années, * partir de leur première année d'école obligatoire * 6 ans, pour apprendre * lire correctement.
Je vais aller voir cela, le titre est un peu surprenant... et je ne pense pas qu'il soit nuisible a-priori.

Pour les jeunes anglais, le fait qu'ils n'aient pas d'école maternelle publique, mais seulement des structures privées pour les moins de 6 ans, ne joue-t-il pas un rôle dans cet "allongement" de l'apprentissage de la lecture ?
Qu'en est-il pour d'autres pays ? Avec ou sans école maternelle disponible ?

Yves
Yves Lemennicier is offline   Reply With Quote
Old 13-11-2005, 09:42 PM   #8
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
apprendre * lire en anglais

Le fait que les petits anglophones aient besoin, en moyenne, de trois années pour apprendre * lire n'est pas dû * une absence de maternelle. Il s'agit plutôt d'une moins bonne correspondance entre les graphèmes et les phonèmes : tant que l'on n'a pas entendu un mot, on ne peut deviner comment on le lit. On dit que l'anglais a un alphabet "opaque". Pour les langues dont la correspondance graphème-phonème est univoque, l'alphabet est dit "transparent".

Les chercheurs qui comparent les langues ont remarqué que plus l'alphabet est opaque, plus l'apprentissage de la lecture pour la langue correspondante est long. Le finlandais, l'italien, l'espagnol ont plutôt un alphabet transparent, le français est intermédiaire (l'apprentissage de son écriture est plus complexe que l'apprentissage de sa lecture), l'anglais a un alphabet plutôt "opaque", mais négligeable par rapport au chinois.

Marc
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 14-11-2005, 03:48 PM   #9
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
un article ludique et intéressant

Bonjour,

Suite * ce lien Lire, écrire, compter… des exploits méconnus un article intéressant (et ludique) sur l'apprentissage de la lecture.

Marc
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 14-11-2005, 05:54 PM   #10
Tessytess
Brain Start
 
Tessytess's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 8
Quote:
Originally Posted by Marc Jamous
Bonjour,

Suite * ce lien Lire, écrire, compter… des exploits méconnus un article intéressant (et ludique) sur l'apprentissage de la lecture.

Marc
L'article est passionnant et l'extrait ci-dessous m'amène * une réflexion.

"Michel Fayol s'est demandé si les accords n'étaient pas puisés dans la mémoire. Un exemple en faveur de cette hypothèse avec le mot « timbre » : étant donné qu'il est plus souvent employé comme nom que comme verbe, les adultes ont plus tendance * écrire son pluriel « timbres » que « timbrent », s'ils sont distraits par une autre tâche."

J'ai en effet remarqué que je faisais au clavier des erreurs que je ne ferais pas en écrivant sur une feuille avec un stylo. J'ai noté sur les nombreux forums d'enseignants que je fréquente que je n'étais pas la seule. Je pense * des erreurs vraiment grossières du genre "je n'est pas ...", "je vous avez dit ..." , "je site ..." ...
J'ai remarqué le même phénomène lorsque j'écris au tableau. J'écris, le nez sur le tableau et, lorsque je me recule pour relire l'ensemble ... il est bien courant qu'une horreur se soit glissée!

Avez-vous remarqué cela aussi?
Quelque chose du même genre ne pourrait-il pas se produire lorsque nos élèves, trop absorbés par la tâche (chercher le mot, manipuler l'outil scripteur, ...) font des fautes "énOrmes"?

Mais je m'aperçois, en terminant ce post qu'il n'est plus tout * fait dans le sujet "apprentissage de la lecture"! Tout cela est tellement lié...
Tessytess is offline   Reply With Quote
Old 18-11-2005, 07:49 AM   #11
mcbenmlouka
Brain Start
 
mcbenmlouka's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 9
apprentissage de la lecture en arabe

Madame Samira Tarhouni, professeur d'arabe * l'école française de mégrine enTunisie nous livre ses secrets...Comme elle n'a pas internet chez elle, je vous transmets sa réponse très intéressante aux questions posées par Marc Jamous :

"Dans notre école, l'arabe est enseigné comme langue étrangère. Et on enseigne l'arabe sous deux registres : le dialectal et le littéral.
*En maternelle et Gs, en 3 h d'arabe par semaine, on familiarise les enfants * la langue en lui offrant un bain sonore linguistique : chants, comptines, contes en dialectal surtout.
En même temps, les enfants commencent * reconnaître visuellement des mots: leur prénom, les prénoms des camarades, les jours de la semaine, les mois, les couleurs, les consignes, les textes référents...
A ce niveau, écrire son prénom relève de l'art plastique :dessine ton prénom...
* A partir du CP, l'enfant apprend * lire et * écrire globalement. A lire des textes sans voyelle car la lecture est une introduction progressive du sens basée sur l'appropriation de la langue * l'oral. Ensuite on passe * l'apprentissage de l'alphabet et par le découpage de la phrase en mots, du mot en syllabes et de la syllabe en lettres (par l'élève qui découvre la lettre et le son } l'élève associera chaque phonème * son graphème.
L'apprentissage de l'alphabet aboutira en CE1.
De la GS au CM2 : les textes proposés aux élèves sont sans voyelle. Ces textes (dialogues, contes,...) n'ont pas besoin de voyelles pour bien les lire car en arabe * chaque phonème on ne peut associer qu'un seul graphème (ce n'est pas comme en français). La relation phonème-graphème est régulière en arabe.
On a recours aux voyelles quand on passe * l'apprentissage systématique de la langue arabe car pour structurer la langue arabe, l'apprentissage de la morpho-syntaxe s'impose.
Et cet apprentissage commence en CM1/CM2 {mise en place des structures fondamentales de l'arabe : morphologiques et syntaxiques
. En grammaire pour donner la fonction grammaticale d'un mot ou d'un ensemble de mots, il faut voyeller les fins de mots.
. En conjugaison, voyeller la fin des verbes pour leur associer les pronoms correspondants est obligatoire."

Merci * Samira
mcb
mcbenmlouka is offline   Reply With Quote
Reply

Go Back  Teach-the-Brain > Teach-the-Brain > Français > Cerveau et apprentissage


Thread Tools
Display Modes

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

vB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off
Forum Jump


All times are GMT +1. The time now is 04:05 AM.


Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
© 2008 - 2014 Teach-the-Brain All Rights Reserved