Teach-the-Brain
   

FAQ Members List Calendar Search Today's Posts Mark Forums Read
Go Back   Teach-the-Brain > Teach-the-Brain > Français > Cerveau et apprentissage
Home Forums Info
Follow TeachtheBrain on Twitter  

Apprentissage et émotion


Reply
 
Thread Tools Display Modes
Old 29-09-2005, 04:48 PM   #1
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
Apprentissage et émotion

L’expérience a conduit les scientifiques * comprendre ce que les enseignants avaient déj* constaté dans leur école : l’émotionnel est en partie responsable de la bonne qualité de l’apprentissage pour l’élève. Vous pouvez débattre, dans cette discussion, de situations où le traitement de l’émotionnel a modifié des résultats d’élèves.
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 03-10-2005, 06:23 PM   #2
Touchard
Brain Start
 
Touchard's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 5
apprentissages et émotions

C'est lors de mon passage * la Cité des sciences comme enseignante MAD que j'ai pris conscience de l'importance de la part émotionnelle dans les situations d'apprentissage.
Les éléments de la Cité des enfants ont été conçus par des gens comme Giordan, Guichard...qui ont beaucoup travaillé sur la didactique des sciences.
Vivre les expériences avec son corps, stimuler la curiosité, le sensoriel, favoriser les interactions entre les apprenants...tous ces "ingrédients" sont l* pour favoriser les apprentissages. Dès lors j'essaie de les introduire en formation avec les enseignants ou lors de mes interventions avec les élèves et ça fonctionne plutôt bien!
Touchard is offline   Reply With Quote
Old 04-10-2005, 09:25 AM   #3
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
Quelques exemples

Merci pour votre contribution. Pouvez-vous nous décrire quelques unes de ces expériences ?

Merci
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 06-10-2005, 06:03 PM   #4
Touchard
Brain Start
 
Touchard's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 5
exemples d'expériences

Suite * un bug mon message a été perdu...effacé?

Je rcommence donc pour témoigner d'exemples de situations où les émotions permet d'impliquer les apprenants.
L'apport de "petites bêtes" en classe (CE1/CE2) a suscité la curiosité, parfois le rejet (araignées) dans un premier temps mais finalement l'intêret de tous les élèves. L'observation * la loupe * main puis * la loupe binoculaire complète leur motivation.
Idem en formation continue avec les enseignants a qui je prosoe de déterminer différents individus (vers, nymphes, adultes).

Voir * l'intérieur de son corps comme * la cité des enfants où ces derniers sont impressionnés de découvrir une simulation du système circulatoire et respiratoire. En classe, sentir et écouter son coeur avec la main et un stéthoscope, compter ses mouvements respiratoires sont des expériences simples.
Touchard is offline   Reply With Quote
Old 25-10-2005, 09:12 PM   #5
ulysse
Junior Member
 
ulysse's Avatar
 
Join Date: Jun 2006
Location: Tunisie
Posts: 0
Exclamation prendre conscience de l'émotionnel

Salut

Je suis nouveau sur ce site mais franchement je crois trouver mon chemin dans ce champ vaste de recherche fondé sur l'ancrage de l'apprentissage dans tout ce qui touche * l'émotion, les problèmes qui boulversent l'enseignement, le goût du savoir chez nos élèves trouvent son origine dans ce fameux système émotionnel complexe auquel- malheureusement- nos enseignants ne lui accordent pas le haut degré d'importance. voil* c'est ma prémière participation. pour cela je lance un appel sérieux de collaborer avec toute personne motivée pour ce champ de recherche( apprentissage et émotion)
merci
ulysse is offline   Reply With Quote
Old 03-11-2005, 11:54 AM   #6
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
Bienvenue

Bonjour,

Bienvenue * vous, Ulysse ! Le forum s'est calmé avec les vacances de la Toussaint, mais j'espère qu'il va repartir. J'espère aussi que vous trouverez des participants prêts * collaborer avec vous.

Marc Jamous
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 11-12-2005, 08:17 PM   #7
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
Émotions et résultats

Bonjour,

Je vous cite un résultat d'étude que je trouve assez troublant.

« Demandons * des enfants (de classes de 6e et de 5e) d'observer pendant un temps court (50 secondes) une figure complexe, puis de la reproduire de mémoire. Aux uns, on déclare qu'il s'agit d'un test de capacité en géométrie, aux autres, d'un test en dessin. Le résultat est frappant : la performance des premiers est d'autant moins bonne qu'il s'agit d'élèves en difficulté scolaire, une différence qui disparaît totalement chez les seconds. On le voit, la simple dénomination d'une évaluation - ici * consonance soit mathématique, soit artistique - influe fortement sur les résultats des enfants. Preuve, s'il en était besoin, de l'importance des émotions.

La même expérience, effectuée cette fois en comparant garçons et filles, donne un résultat tout aussi net : les filles ont un score moins bon lorsque l'épreuve est intitulée géométrie, persuadées qu'elles sont, pour beaucoup, d'être « nulles en math ».

Ce sont paradoxalement les filles les plus fortes en maths qui, dans ce contexte de la géométrie, réalisent les performances les plus faibles ! Ici, semble-t-il, c'est la crainte de confirmer la mauvaise réputation de leur groupe d'appartenance qui constitue la source d'interférence négative. »

Il s'agit d'un protocole de Pascal Huguet, Laboratoire de Psychologie cognitive de l'université de Provence. Voir aussi J.M. Monteil et P. Huguet Réussir ou échouer * l'école : une question de contexte ?, Grenoble, PUG, 2002.

Que pensez-vous de ces résultats ? En connaissez-vous de similaires ?

A bientôt,

Marc
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 12-12-2005, 06:27 PM   #8
Tessytess
Brain Start
 
Tessytess's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 8
Oui, mais qu'est-ce qu'on fait ?...

Je trouve cela passionnant et j'en suis déj* convaincue. Je le constate * chaque période d'évaluation, surtout auprès de mes élèves fragiles (classe d'adaptation).
L'angoisse qui les submerge lors d'une évaluation leur fait obtenir des résultats inférieurs * ce qu'ils savent faire. Sauf pour ceux dont j'ai réussi * faire changer l'image qu'ils avaient d'eux-même et qui ont maintenant enfilé un paletot étiquetté "bon élève"! (Ceux-l*, au contraire, se dépassent car ils veulent montrer que leur nouvelle image n'est pas usurpée.)

Alors que faire?
Si on fait une évaluation en lecture, ce n'est pas toujours facile de faire croire que c'est autre chose!... L'évaluation, c'est toujours un peu officiel, on n'a pas le droit de regarder comment fait le voisin, la maîtresse étaye moins. Même si je leur dit qu'ils doivent juste faire ce qu'ils peuvent, ce qu'ils savent, que c'est "juste parce que j'ai besoin de savoir ce qu'ils savent faire" ... ils le sentent bien!
Ou alors peut-être faudrait-il cesser d'évaluer (au moins les petits) ...
Ca pourrait faire l'objet d'un autre débat, non?
Tessytess is offline   Reply With Quote
Old 13-12-2005, 08:30 AM   #9
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
évaluation

Quote:
Originally Posted by Tessytess
Ou alors peut-être faudrait-il cesser d'évaluer (au moins les petits) ...
Ca pourrait faire l'objet d'un autre débat, non?
N'oublions pas que nous sommes ici pour réfléchir sur les améliorations possibles de l'apprentissage au sens large, et de l'apport éventuel des sciences cognitives sur cette apprentissage. Ainsi, la débat de l'évaluation a tout son sens dans ce forum.

Faut-il évaluer ? Faut-il évaluer pendant des épreuves spécifiques ou ne faut-il pas juger les connaissances et les capacités des enfants sur des travaux quotidiens ?

Comme les examens mettent en jeu les émotions, la vision de soi-même, vous pouvez très bien nous exposer vos expériences sur ce sujet.

Marc
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 13-12-2005, 11:58 AM   #10
Tessytess
Brain Start
 
Tessytess's Avatar
 
Join Date: Oct 2005
Posts: 8
Quote:
Originally Posted by Marc Jamous
Ainsi, la débat de l'évaluation a tout son sens dans ce forum.
Bien sûr que le débat a sa place dans ce forum!!!
Je voulais dire dans une autre question ....
Tessytess is offline   Reply With Quote
Old 13-12-2005, 12:36 PM   #11
OECD
Member
 
OECD's Avatar
 
Join Date: Oct 2004
Posts: 63
L'évaluation formative

Vous serez peut-être intéresse d'un étude par l'OCDE fait sur l'évaluation formative:
Voir:
http://www.oecd.org/document/45/0,23..._1_1_1,00.html
et le publication:
http://www.oecd.org/document/57/0,23..._1_1_1,00.html
OECD is offline   Reply With Quote
Old 13-12-2005, 09:02 PM   #12
Marc Jamous
Administrateur français
 
Marc Jamous's Avatar
 
Join Date: Sep 2005
Location: Paris
Posts: 44
résumé en français

Quote:
Originally Posted by OECD
Vous serez peut-être intéressés par une étude de l'OCDE faite sur l'évaluation formative:
Voir:
http://www.oecd.org/document/45/0,23..._1_1_1,00.html
et la publication:
http://www.oecd.org/document/57/0,23..._1_1_1,00.html
J'ai trouvé le résumé en français de cette étude (sur le site de l'OCDE). Je le joins * ce message en format pdf compressé (zip). Je ne connaissais pas ce type d'évaluation, regardez donc le résumé, vous verrez, c'est très intéressant. Je ne sais pas s'il existe d'exemple en France ; en connaissez-vous ?
Attached Files
File Type: zip formative.zip (52.3 KB, 150 views)
Marc Jamous is offline   Reply With Quote
Old 27-04-2006, 09:16 PM   #13
ulysse
Junior Member
 
ulysse's Avatar
 
Join Date: Jun 2006
Location: Tunisie
Posts: 0
L'évaluation, c'est toujours un peu officiel

oui c'est officiel mais aussi obligatoire, la condition de toute évaluation peut jouer le rôle d'un declencheur de tout un savoir emagasiné, on excelle parfois lorsque on a "cette peur","l'angoisse" d'échouer.
ulysse is offline   Reply With Quote
Old 17-08-2006, 09:58 AM   #14
Gérard
Junior Member
 
Gérard's Avatar
 
Join Date: May 2006
Location: France
Posts: 5
Présentation

J'adresse un salut * tous et * chacun

Nouvellement arrivé sur ce forum, permettez moi de me présenter très succinctement afin de situer mon champs d'observations.

Je travaille depuis 30 ans sur une population, d'enfants et d'adultes, qui présentent une peur plus ou moins aiguë vis-*-vis de l'espace aquatique.

Homme de terrain je me positionne en qualité de pédagogue et mon travail est essentiellement tourné vers l'observation et l'approche pratique, notamment en ce qui concerne la désensibilisation de ce genre de crainte.

Au-del* de cet aspect pratique, il m'a paru important d'essayer de comprendre les mécanismes et processus neurologiques afin de mieux adapter et finaliser ladite approche.

J'ai produit lors de colloques organisés par des groupements de chercheurs en activités physiques et sportives.

je vous communique l'adresse de mon site afin que vous ayez une idée un peu plus précise du travail que j'ai effectué et qui demande * être approndi.

www.peur-aquatique.new.fr

Vous pourrez constater que dans le domaine de la peur dans l'eau (thème de mon travail) les émotions conditionnent grandement l'apprentissage.

Si vous trouvez que ce thème est pertinent je souhaite pouvoir rentrer en contact avec vous afin d'échanger.

Bien cordialement * vous
Gérard is offline   Reply With Quote
Old 27-01-2007, 12:41 PM   #15
marie
Junior Member
 
marie's Avatar
 
Join Date: Jan 2007
Location: FRANCE
Posts: 1
émotions et apprentissage

très intéressée par le sujet en tant qu'étudiante en éducation, qui pourrait m'indiquer des ressources qui m'aideraient dans mes recherches : ouvrages, sites, commentaires, mémoires... qui traiteraient de ce sujet passionnant qu'est le rapport entre émotions et apprentissage
d'avance merci pour l'attention * ce mail
dans l'espoir d'une réponse, cordialement
marie
marie is offline   Reply With Quote
Old 27-04-2009, 01:37 PM   #16
Gérard
Junior Member
 
Gérard's Avatar
 
Join Date: May 2006
Location: France
Posts: 5
La part des émotions dans l'apprentissage

Je vous communique l'adresse de mon blog avec l'espoir de pouvoir échanger avec vous sur les thèmes abordés ou sur leurs applications transversales.

Ces dernières peuvent vous apporter des éléments de réponses * certains de vos questionnements

vous pourrez y accéder en composant : peurdansleau.com

Bien * vous

Au plaisir de vous lire

Gérard
Gérard is offline   Reply With Quote
Old 30-04-2009, 08:56 AM   #17
Gérard
Junior Member
 
Gérard's Avatar
 
Join Date: May 2006
Location: France
Posts: 5
Mises * jour

Des mises * jour quotidiennes sont effectuées. Bien que succinctes, elles tendent * expliquer comment l'émotion, selon la tonalité avec laquelle elle s'exprime, peut favoriser ou au contraire perturber, voire rendre impossible l'acquisition, l'intégration et la consolidation d'apprentissages nouveaux.
Gérard is offline   Reply With Quote
Old 03-05-2009, 11:16 AM   #18
Gérard
Junior Member
 
Gérard's Avatar
 
Join Date: May 2006
Location: France
Posts: 5
Un apprentissage contrarié

H. est un petit garçon de 7 ans. Ses parents l'on amené * la piscine pour qu'il y apprenne * nager.
N'ayant aucune expérience aquatique antérieure, il aborde ce trajet sans appréhensions particulières. Il est d'ailleurs content de participer * cet apprentissage.

Hélas, les toutes premières séances se passent mal, Le groupe d'enfants dans lequel il se trouve, est trop nombreux, les éducatifs qui lui sont proposés ne correspondent pas * ses possibilités du moment, ce qui génère un stress de forte intensité, qui l'amène * marquer un refus.
Le maître-nageur qui s'occupe de son groupe, lui propose diverses situations pour tenter de le motiver. Au terme de celles-ci, il décide d'en discuter avec ses parents.

"J'ai tout essayé votre enfant n'est pas capable". Phrase ô combien "meurtrière". Nos enfants ne sont-ils pas les plus forts et les plus beaux ! Ce narcissisme légitime (s'il n'est pas excessif) se trouve alors profondément blessé.

Blessure des parents, blessure de l'enfant

Entendre que notre enfant "n'est pas capable" est une gifle que l'on reçoit. Chaque parent sait combien on investit dans nos enfants. Alors admettre cela est inconcevable.
Toutefois, le professionnel est sensé détenir la compétence, il est en principe une référence. Alors s'il dit que mon enfant n'est pas capable, peut-être a t-il raison.
La maman de H. en arrive * cette considération insoutenable.

Quant * H. il est * un âge où il est important de faire sa place, tant dans la fratrie que dans ses relations avec d'autres enfants. Il a des choses * prouver notamment * ses parents.

Une étude menée par le Dr Rogers de l'université de l'illinois, et portant sur la performance, a fait apparaître que si l'on pose, * un groupe de garçons entre 7 et 11 ans, la question de savoir qui est le champion dans le groupe, chaque enfant se désigne comme étant ce champion. A la pré adolescence cette considération se modifie.

Malgré son âge H. a suivi les échanges entre ses parents et le Maître-Nageur. Les mots entendus ont eu également une portée qui l'affectent. S'il ne verbalise pas son ressenti, les réactions comportementales qui suivent sont révélatrices d'un mal être aigu.

H. recommence * avoir des incontinences nocturnes, son sommeil est souvent perturbé, ses résultats scolaires sont de plus en plus mauvais, alors que sa scolarité se passait bien auparavant. Il est souvent comparé * sa petite soeur qui réussit et qui progresse bien * la piscine.

Pour sa maman, cette situation est aussi traumatisante. Le climat familial est perturbé.

Lorsque le couple et les deux enfants se présentent * moi, pour tenter de remédier * cette situation particulièrement perturbante, le papa de H. m'explique l'historique et me dit: "il faut trouver une solution car ce n'est plus possible".

Lourde tâche * laquelle je dois faire face. Mais qui va très vite être atténuée après le premier échange que j'ai avec H.

M'adressant * lui, je lui dis "Je suis certain que tu es capables d'apprendre * nager comme ta petite soeur, et comme tes autres camarades, veux-tu essayer ?".
La réponse a été immédiate "oui !".
H. n'avait rien perdu de sa motivation, apparemment inhibée elle était bien présente. H. a abouti dans sa démarche d'apprentissage.

Evoquer l'expérience de cet enfant et de sa famille n'a pas pour finalité de venter ou de dévaloriser qui que ce soit. La démarche que j'ai utilisée n'avait rien d'extraordinaire, elle était banale, mais elle se distinguait de la précédente par le regard empathique constant que j'ai eu sur les comportements de H. en situations.

L'importance que j'ai accordée * la tonalité émotionnelle * laquelle était soumis H. au cours de ses évolutions, m'a permis de lui proposer un suivi pratique durant lequel cette tonalité restait gérable.

Il est alors passé d'une circularité qui bloquait sa progression "Désir-expérience-"échec"-démotivation-refus" * la circularité motivante "Désir-expérience-réussite-motivation-désir".
Gérard is offline   Reply With Quote
Old 04-05-2009, 07:25 PM   #19
Gérard
Junior Member
 
Gérard's Avatar
 
Join Date: May 2006
Location: France
Posts: 5
Emotions et langage du corps dans une approche aquatique du sujet craintif

Lorsqu'un sujet est en situation, il est possible d'avoir une idée de son vécu émotionnel. Les mots sont une des formes pour extérioriser ce vécu. Traduisent-ils toujours la réalité de ce dernier, probablement pas.
Mais arriver * mettre des mots sur un ressenti est déj* un pas important dans la démarche de désensibilisation liée * la peur dans l'eau.

Il existe une autre forme d'expression. Elle est non verbale. C'est alors le corps qui "parle".

Les expressions faciales :

Le visage est un support référentiel de premier ordre. Il traduit le ressenti du moment. Il est le révélateur externe d'un bouleversement interne. Le regard notamment nous permet de percevoir comment la situation proposée est perçue en amont ou comment elle a été vécue en aval de sa réalisation.

La gestuelle:

Pareillement, la gestuelle observée nous permet de nous faire une idée des acquisitions, et du niveau d'aisance du sujet * un moment donné.
Elle nous permet de savoir avec plus de précision s'il convient de proposer un contenu plus évolué, ou au contraire un maintien de la difficulté de celui-ci, voire un retour vers des éducatifs plus simples.
Nous pouvons ainsi mieux adapter le contenu proposé et par l* même être en phase avec les capacités du sujet :

- précipitation dans le geste,

- mouvements inadaptés aux besoins de la réponse

- tensions musculaires

- raideurs de la nuque

- absence de souplesse

- absence de dissociation segmentaire, corps monobloc...

Regarder l'évolution d'ensemble et voir plus finement ce que nous dit le sujet, sous une forme ou sous une autre, conditionnent la démarche de désensibilisation
Gérard is offline   Reply With Quote
Old 16-05-2009, 06:25 PM   #20
Gérard
Junior Member
 
Gérard's Avatar
 
Join Date: May 2006
Location: France
Posts: 5
Retour gratifiant

Tout individu qui s'engage dans un projet, ou une action quelle qu'elle soit, a besoin, * un moment ou * un autre, d'avoir un retour gratifiant nécessaire * l'entretien de sa motivation. On ne peut s'investir * moyen ou * long terme dans une entreprise si en permanence nous avons un retour négatif de nos actions. Cela vaut pour toute entreprise, et quel que soit l'âge.

En matière d'approche aquatique il en est de même, surtout pour un sujet craintif, qui se caractérise notamment par un sentiment constant de "ne pas être capable" dixit. Il est en effet frustrant et dévalorisant de constater notre incapacité * réaliser ce que d'autres font, comme par exemple rester figé sur le sable de la plage alors que d'autres vont nager dans les vagues.

Se comparer * autrui n'a pas de sens

Parmi les facteurs qui génèrent ce ressenti, il y a l'attitude constante de se comparer * autrui. Et il est étonnant de remarquer que l'on se compare toujours * une personne dont on a l'impression qu'elle se situe * un niveau plus élevé que le notre. Ex: ma voisine arrive * s'allonger sur l'eau en s'immergeant avec aisance alors que ce n'est pas mon cas.

Une telle considération n'a pas de sens, par le fait que chacun est unique. Nous avons une histoire aquatique, un rythme, une capacité plastique d'adaptation qui nous sont propres.

Le sociologue R. Mucchielli nomme cela " la séjonctivité". Ce néologisme signifie que la capacité * apprendre plus ou moins vite quelque chose de nouveau varie d'un individu * l'autre.
Aussi, faut-il préciser dès le début de la démarche, que cette façon de pratiquer est erronée et n'a pas lieu d'être. Des rappels sont parfois nécessaires.

Un vocabulaire et un langage encourageants

Nous devons considérer qu'une personne en situation donne toujours le meilleurs d'elle même pour progresser. C'est vrai pour l'adulte, et surtout pour l'enfant. Il est surprenant d'entendre parfois des parents dire * un enfant qu'il peut faire mieux. Certes cela est possible dans certains cas, mais inexacte si l'on considère un sujet craintif confronté * une charge émotionnelle d'intensité variable qui peut * chaque instant être déstabilisante.

Partant de cette considération, ce n'est pas être démagogue que de dire que ce qui a été fait, est bien. D'une part cela est vrai, et d'autre part ces mots contribuent * entretenir et * développer une motivation indispensable pour surmonter les difficultés inhérentes * la démarche de désensibilisation.

Trop d'exemples attestent des perturbations psychologiques et développementales qui affectent dans un premier temps l'enfant et plus tard l'adulte qui entend dire de lui, dès le plus jeune âge : "il n'est pas capable", "il ne réussit pas", "il n'est pas bon" etc. De l* * ce que ce sujet s'inscrive dans une système de fonctionnement de "mauvais" de "perdant", "d'incapable" autant de qualificatifs dévalorisants qui pourront être * l'origine d'une difficulté d'apprentissage voire d'adaptation sociale.

Le parent, l'enseignant, l'éducateur sont une référence pour un enfant. Ces intervenants sont respectivement des tuteurs qui, * un moment donné, conditionnent le développement de cet enfant.
Le parent peut aussi être dans une situation où l'enseignant ou l'éducateur deviennent pour lui une référence dont l'avis peut conditionner leur adaptation et leurs apprentissages.

Les mots peuvent avoir une résonance motivante ou a contrario perturbante. Aussi faut-il être vigilant quant au vocabulaire que l'on est amené * utiliser.
Gérard is offline   Reply With Quote
Reply

Go Back  Teach-the-Brain > Teach-the-Brain > Français > Cerveau et apprentissage


Thread Tools
Display Modes

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

vB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off
Forum Jump


All times are GMT +1. The time now is 11:46 PM.


Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
© 2008 - 2014 Teach-the-Brain All Rights Reserved